Ce document s'adresse aux utilisateurs qui procèdent à la migration des polices Type 1 (« PostScript ») fournies par Adobe vers les polices OpenType équivalentes. Il répond également à des questions courantes qu'ils pourraient encore se poser après lecture du Guide de l'utilisateur et du fichier LisezMoi d'OpenType (tous deux disponibles à l'adresse http://www.adobe.com/type/opentype).
De nombreux changements ont eu lieu à l'époque du format Type 1, puis lors de la conversion au format OpenType (voir également ci-dessous). Pour rappel, les polices OpenType disponibles dans Adobe Type Library utilisent les dernières versions de Type 1 comme point de départ. Par conséquent, si vous n'utilisez pas les dernières versions en date de Type 1, nous vous invitons à lire les deux sections pour déterminer les différences entre les polices OpenType et leur équivalent Type 1.
Adobe ne garantit pas la compatibilité entre les anciennes polices Type 1 et les nouvelles polices OpenType. Cela étant dit, la plupart des polices OpenType d'Adobe reprennent les mêmes paramètres vectoriels, d'épaisseur et de crénage que leur version Type 1. La probabilité de redistribution du texte lors du remplacement des polices Type 1 par leur équivalent OpenType dépend des polices, des caractères et des applications que vous utilisez. Lisez la section relative aux modifications apportées lors de la conversion d'Adobe Type Library au format OpenType, ainsi que le résumé des changements de comportement et des problèmes de redistribution ci-dessous pour en savoir plus.

 

Quelles sont les équivalences entre les polices Type 1 d'Adobe et les polices OpenType ?

Des tableaux sont disponibles à l'adresse http://www.adobe.com/type/opentype, les liens étant accessibles à droite de la page. Un tableau couvre uniquement les polices Multiple Master Type 1, tandis que l'autre couvre toutes les autres polices Type 1.

 

Quels sont les changements intervenus pendant la période du format Type 1 ?

1) ITC Eras et Optima ont fait l'objet de révisions majeures en 1993. Les versions Type 1 de 1989 à 1993 ne sont pas compatibles avec les logiciels et systèmes d'exploitation actuels.
2) Hormis ces deux cas, même les polices PostScript Type 1 les plus anciennes devraient fonctionner. En réalité, quelques polices d'Adobe Type Library n'ont jamais été actualisées dans leur format Type 1 après leur publication initiale dans les années 80.
En termes de design et de mesure, les polices Type 1 sont peu nombreuses à avoir subi des changements majeurs avant le passage à OpenType. Voici la liste de ces changements :
3) Courier a connu plusieurs versions majeures, avec d'importants changements au niveau des vecteurs et des terminaisons de trait. Times et Helvetica ont également connu d'importantes modifications en termes d'apparence au début des années 90.
4) Concernant les polices intégrées aux périphériques PostScript 3, plusieurs révisions affectant de nombreuses polices courantes ont eu lieu. Le crénage des caractères accentués a ainsi été renforcé. Pour toutes ces polices, ainsi que d'autres présentes dans les mêmes packages, le symbole de l'euro a été en outre ajouté. Par la suite, ces deux changements ont été apportés à toutes les polices alphabétiques d'Adobe, dans le cadre de la conversion OpenType. Voici la liste des familles et packages concernés par ce changement alors qu'ils étaient encore au format Type 1.
Albertus MT
Antique Olive
Bodoni (packages Bodoni 1 et 2)
Carta
Clarendon
Cooper Black
Copperplate Gothic
Coronet
Courier
Eurostile
Gill Sans (packages Gill Sans 1 et 2)
Goudy (packages Goudy 1 et 2)
Helvetica Condensed
Helvetica Narrow (cette famille n'a toutefois pas été convertie ; voir plus haut)
Helvetica
ITC Avant Garde Gothic
ITC Bookman
ITC Lubalin Graph
ITC Mona Lisa
ITC Zapf Chancery
ITC Zapf Dingbats
Joanna MT
Letter Gothic
Marigold
New Century Schoolbook
Optima
Oxford
Palatino
Stempel Garamond
Symbol
Tekton
Fois
Univers (packages Univers 1 et 2)
Univers Condensed

 

Quels sont les changements effectués lors de la conversion OpenType ?

Avec le passage à OpenType, Adobe a apporté de nombreux changements à Adobe Type Library, en marge de ceux intervenus à l'époque du format Type 1.
1) La police Helvetica Narrow n'a pas été convertie au format OpenType. Pourquoi ? Cette famille de polices a été développée pour être utilisée avec les imprimantes à une époque où l'espace ROM était extrêmement limité. Elle a donc été créée en écrasant mathématiquement Helvetica de 18 % (soit 82 % de l'épaisseur originale), un compromis peu satisfaisant ayant débouché sur des caractères déformés et un mélange de traits verticaux fins et de traits horizontaux plus épais.
De manière générale, Adobe recommande d'utiliser plutôt la police Helvetica Condensed, qui a été conçue pour être condensée, de telle sorte que l'épaisseur des traits demeure inchangée. S'il est nécessaire de reproduire précisément l'apparence de Helvetica Narrow, de nombreux programmes, dont Microsoft Word, InDesign et Illustrator, permettent de mettre à l'échelle une police dans le sens horizontal selon le pourcentage souhaité. On peut ainsi utiliser Helvetica LT Std et appliquer un facteur de mise à l'échelle horizontale de 82 %.
2) La quasi-totalité des polices de caractères de Robert Slimbach ont fait l'objet de modifications, essentiellement au niveau de l'interlettrage et du crénage. Dans certains cas, d'importants changements d'apparence ont eu lieu. Les principaux changements sont indiqués ici, de même qu'une liste des polices Slimbach n'ayant fait l'objet d'aucune modification. Les deux créations de Slimbach pour ITC (ITC Slimbach et ITC Giovanni) n'ont d'ailleurs pas subi ces types de changement.
3) Le principal changement concerne le style italique de Cronos Pro, qui est très différent de l'ancienne version (moins cursive).
4) La police Minion Pro a été retravaillée par rapport à la version précédente, Minion MM. Bien que ces différences soient très subtiles, il existe de légers changements au niveau de la sélection des instances. Ainsi, un texte passant de Minion Type 1 à Minion Pro sera, selon toute vraisemblance, légèrement redistribué.
5) Des variantes optiques ont été ajoutées à Utopia Standard, et la version « normale » est assez différente.
6) Voici la liste complète des familles concernées par des changements notables d'apparence ou d'espacement :
Adobe Garamond
Adobe Jenson
Caflisch Script
Cronos
Kepler
MinionMyriadPoeticaSanvitoUtopia
7) D'autres polices Adobe Originals ont connu d'importants ajouts ou modifications. De vraies petites capitales ont notamment été ajoutées aux polices Lithos Pro et Trajan Pro. Ainsi, le texte saisi en minuscules s'affiche en petites capitales lorsque l'on passe des polices Type 1 aux versions OpenType. Le texte saisi en majuscules reste quant à lui identique.
Toutes les polices incluant la mention « Pro » dans leur nom prennent en charge des langues supplémentaires. Ce changement ne crée pas de problème lorsque l'on passe à la nouvelle version. En revanche, si l'on applique une ancienne police à un texte saisi dans une langue non prise en charge, selon l'application utilisée, soit le texte ne s'affiche pas (la mention « notdef » s'affiche à la place), soit une autre police est appliquée.
8) Le symbole euro a été ajouté aux polices alphabétiques (la majorité d'entre elles en étaient dépourvues).
9) Seize autres caractères ont été ajoutés aux polices alphabétiques : les 14 caractères de « substitution de symbole » pour Mac, le litre et les symboles d'estimation. La « substitution de Symbol » renvoie à une technique propre à Mac : si un certain caractère a été saisi dans une police Type 1 avec StandardEncoding, ATM et le pilote d'imprimante le remplacent par un glyphe générique en Times à partir de la police Symbol (celui-ci n'était pas présent dans la police Type 1 originale). Dans OpenType, l'infrastructure du système s'appuie sur un glyphe réellement intégré à la police. Les polices OpenType d'Adobe ont toutes des versions spécifiques des anciens glyphes de substitution de Symbol, dont l'épaisseur diffère de celle des glyphes de Symbol. Les caractères concernés sont les suivants : dérivation partielle, delta (mathématique), intégrale, pi (mathématique), produit (pi mathématique en capitale), racine, infini, losange (diamant), somme (sigma mathématique en capitale), approximativement égal, ohm (oméga mathématique en capitale), inférieur ou égal à et supérieur ou égal à.
10) Toutes les polices qui comportaient des caractères accentués non crénés ont vu leur crénage étendu pour traiter ces caractères accentués.
11) Si une police de caractères disposaient de polices supplémentaires (des jeux de caractères spécialisés, des lettres ornées et des polices cyrilliques séparées, par exemple, ces dernières ont été fusionnées avec les polices de base. La présence de ces polices supplémentaires peut modifier le comportement dans les applications évoluées sur le plan typographique, qui utiliseront alors davantage de ligatures ou de véritables petites capitales (au lieu de les simuler). Dans ces cas, plusieurs polices Type 1 peuvent correspondre à une seule police OpenType.
12) Les polices Multiple Master ont été divisées en polices individuelles pour chaque « instance » précédente de MM. Dans ces cas, une police MM équivaut à un jeu complet de polices OpenType.
13) Lorsque la police originale était de type Multiple Master et disposait de polices MM supplémentaires, une relation complexe « plusieurs-à-plusieurs » existe alors entre les polices originales et les polices OpenType. Concrètement, on trouve un jeu de polices au départ et à l'arrivée, mais ces jeux sont divisés d'une manière totalement différente.

 

Résumé des changements de comportement et des problèmes de redistribution

Si toutes les situations suivantes vous concernent, il est peu probable que vos textes fassent l'objet d'une redistribution importante en passant des polices Adobe Type 1 à leur équivalent OpenType, même s'il est impossible de garantir une compatibilité totale (reportez-vous à la section ci-dessus pour en savoir plus sur les motifs liés aux éléments 1 à 5.)
  1. Vous utilisez des polices Adobe, mais pas des polices Adobe Originals.
  2. Le texte est défini sur l'anglais.
  3. Vous n'utilisez pas de caractères accentués.
  4. Vous n'utilisez que des caractères déjà présents dans les polices précédentes, et vous n'utilisez pas les anciens caractères de substitution de Symbol.
  5. Vous utilisez des applications (notamment des applications graphiques professionnelles) dans lesquelles l'espacement à partir de la ligne de base repose uniquement sur le corps ou l'interlignage, et qui n'utilisent pas le cadre de délimitation de la police pour déterminer l'interligne standard.
Si vous utilisez des applications avancées qui prennent en charge les fonctions de présentation d'OpenType, l'existence de glyphes typographiques supplémentaires peut contribuer à modifier l'apparence du contenu affiché. Par exemple, la version OpenType d'une police peut avoir davantage de « ligatures standard » que la version Type 1. L'activation par défaut de ces ligatures dans les applications compatibles peut créer des différences (même si la version OpenType sera meilleure d'un point de vue typographique).
De la même façon, il peut y avoir des changements dans le comportement des petites capitales entre les versions Type 1 et OpenType d'une police. Avec une police Type 1, il fallait changer de police pour obtenir de véritables petites capitales. Avec une simple mise en forme dans l'application, on obtenait de « fausses » petites capitales, créées en réduisant l'échelle des majuscules. Les fausses petites capitales ont une épaisseur de contour inférieure au reste de la police, et peuvent avoir une épaisseur de trait moindre. Si l'on passe à la version OpenType de la même police, que celle-ci intègre de véritables petites capitales et que l'application est capable les utiliser lorsqu'elles sont disponibles, alors les fausses petites capitales sont remplacées par les vraies. Cette solution est préférable d'un point de vue typographique, mais il est possible que le texte soit plus large et redistribué.
Dans les applications bureautiques, la redistribution du texte en raison de différences d'interligne est plus probable (voir le cinquième point ci-dessus). La différence tient au fait que ces applications utilisent généralement le cadre de délimitation de la police pour déterminer l'interligne par défaut. Les caractères ajoutés aux polices OpenType peuvent modifier ce cadre, surtout lorsque les polices OpenType ont fusionné d'anciennes polices supplémentaires dans Type 1. La présence de lettres ornées et/ou d'ornements dans la police OpenType explique souvent les changements d'interligne les plus marqués dans les applications bureautiques. REMARQUE : dans les applications sujettes à ce phénomène, le problème peut être atténué en définissant le texte avec une valeur d'interligne spécifique en points plutôt qu'avec l'une des habituelles options d'interligne simple ou double. Si vous pouvez définir l'interligne sur une valeur en points égale à l'interligne par défaut, vous devriez pouvoir préserver cet espacement lors du passage ultérieur à une police OpenType.