Portrait de contributeur : Ryan Longnecker

Ryan Longnecker, basé à Los Angeles, est photographe, directeur artistique et contributeur d'Adobe Stock Premium. Il est réputé pour ses photographies de voyages et aériennes au style pictural. Nous avons évoqué avec lui sa carrière de photographe, sa participation à Adobe Stock et, dans le cadre de notre tendance visuelle du mois de février, sa fascination pour les drones.

AS : Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre parcours et nous expliquer comment vous êtes devenu photographe ?

Ryan Longnecker : Ayant grandi à la montagne, j'ai toujours eu une attirance pour le beau, et donc pour l'art. Au lycée, je faisais partie d'un club photo où j'ai appris à travailler en chambre noire mais, pour être honnête, je ne suis pas vraiment allé plus loin. J'étais surtout intéressé par les grands espaces. J'ai obtenu un diplôme de premier cycle universitaire en musique. J'ai ressorti mon appareil photo lors de ma dernière année, car j'avais été choisi pour réaliser l'album de ma promotion.

AS : Comment êtes-vous passé de musicien à photographe professionnel ?

RL : Après l'université, je me suis lancé dans les photos de mariage avec un camarade de promotion. À cette époque, beaucoup de nos amis se sont mariés et les affaires marchaient bien. J'ai exercé cette activité pendant sept ans, puis je me suis dit que ce secteur particulier ne me passionnait pas. Après une période de réflexion, pendant laquelle des collègues créatifs m'ont suggéré de suivre ma passion, j'ai commencé à me spécialiser dans la photographie de voyages et de paysages.

D'anciens clients informés de ce changement m'ont confié mes premières missions, mais les débuts furent assez calmes. 2016 a été pour moi une année d'apprentissage qui m'a permis de gagner en confiance. Aujourd'hui, j'apprécie énormément de collaborer avec des marques et des entreprises dont les passions correspondent aux miennes.
 

Photo aérienne d'une jetée réalisée par Ryan Longnecker.


AS : Y a-t-il un thème commun à toutes vos images ? 

RL : Ma philosophie générale est que ce monde et ses habitants sont magnifiques, et que plus on recherche la beauté, plus on la voit. Je n'essaie pas de fabriquer des récits. Je m'efforce plutôt de découvrir les histoires qui se déroulent sous mes yeux et de les transmettre aussi fidèlement que possible.

AS : Qu'est-ce qui différencie vos images de celles d'autres photographes de paysages ?

RL : Mon travail est peut-être plus dynamique ou coloré que d'autres styles d'images retouchées de grands espaces que je rencontre souvent. La photographie en extérieur est clairement à la mode en ce moment – surtout les images un peu mélancoliques, délavées, avec beaucoup de grain. J'ai parfois été tenté d'adopter moi-même ce style du fait de sa popularité, mais je dois reconnaître que si certains en raffolent et le maîtrisent à la perfection, ce n'est pas mon cas. On dit plutôt de mes images qu'elles sont originales et intéressantes. J'essaie de me représenter un cadre avec une palette plus picturale, ce qui vient certainement de ma formation artistique.

AS : Où trouvez-vous l'inspiration ?

RL : Je m'intéresse à d'autres disciplines artistiques. J'étudie le travail des calligraphes, artistes et illustrateurs, des activités que je ne comprends pas ou ne saurais pas reproduire, et j'essaie de tirer de nouvelles idées de ce mélange de fascination et de confusion.
 

Photo de montagne prise par Ryan Longnecker.


AS : Pour quelles raisons avez-vous décidé de contribuer à la collection Adobe Stock Premium ?

RL : Adobe Stock a d'abord contacté un ami, Ben Sasso, qui a eu la bonne idée de me recommander. J'étais à la recherche d'une plateforme réputée et de qualité pour mon travail. Or, dans le domaine de la création, Adobe est une véritable référence. J'étais présent lors de la conférence Adobe MAX l'année dernière, et quand j'ai vu l'importance d'Adobe Stock pour l'entreprise, je me suis dit que ce était fantastique d'en faire partie.

AS : En quoi le fait de contribuer à Adobe Stock est-il complémentaire de votre portfolio ?

RL : À part Instagram, je n'avais pas d'espace où partager et présenter mes images. Je ne voulais pas me contenter de ce mode de publication, car j'attache de l'importance à mon travail, et je souhaitais trouver un espace où les gens l'apprécieraient à sa juste valeur. Dans la collection Premium, mon travail côtoie celui de certains photographes parmi les plus prestigieux du monde. Je suis donc en excellente compagnie !
 

Photo aérienne d'un carnaval en extérieur réalisée par Ryan Longnecker.


AS : Comment êtes-vous venu à la photographie par drone ?

RL : Certains photographes de paysages parmi les plus réputés publiaient des photos aériennes prises en hélicoptère. Quand les drones ont commencé à se répandre, ils se sont mis à publier des photos prises à l'aide de ces engins. Quand j'ai découvert à quel point ils étaient abordables, et les images fantastiques qu'ils permettaient de réaliser, j'ai voulu me lancer, alors j'en ai acheté un. Après une semaine passée à le tester dans les montagnes, j'ai tout de suite compris qu'il allait énormément me servir.

AS : En quoi les drones vous aident-ils à exprimer votre créativité ou à expérimenter de manière inédite ?

RL :Cette technologie a ravivé une partie de mon processus créatif qui s'était un peu étiolé au fil du temps. Comme c'était quelque chose de totalement nouveau pour moi, cela m'a poussé à expérimenter en m'amusant. J'ai retrouvé la fascination que je ressentais vis-à-vis des appareils photo à mes débuts, et le fait d'apprendre quelque chose de nouveau chaque fois que je sortais prendre des photos.

Bien sûr, la possibilité de voir d'en haut ajoute une dimension totalement inédite à la perspective. Je trouve ça incroyable de voir comment les drones sont utilisés aujourd'hui pour la composition. Une image 3D devient 2D, il faut donc bien réfléchir aux lignes, aux couleurs, aux formes et à la composition. Cela me permet d'envisager la photo davantage comme une peinture. AS : Votre drone s'est-il déjà écrasé ?

RL : Oui, plusieurs fois, même ! Au-dessus d'un lac gelé en plein hiver, et une autre fois, sur une colline, en plein milieu d'un événement. Heureusement, je ne l'ai jamais totalement détruit... Plus de peur que de mal, donc.
 

Photo aérienne du paysage environnant une autoroute par Ryan Longnecker.


AS :
Quelle a été la principale difficulté que vous avez rencontrée lorsque vous vous êtes lancé dans la photographie par drone ?

RL : Le pilotage n'a pas été si difficile à maîtriser. Pour moi, la difficulté a plutôt été de comprendre comment raconter une histoire à l'aide de ce nouveau soutien.

AS : Quels conseils donneriez-vous aux aspirants photographes ?

RL : Les débutants et amateurs font souvent face à une certaine défiance, ou à du cynisme, ce qui peut les dissuader de créer ou de partager leurs œuvres. Nous devons nous serrer les coudes et avoir conscience que chacun se lance dans cet univers pour différentes raisons, à des moments différents. Il faut essayer plein de choses et observer les autres pour tenter de comprendre leur processus de création.
 

Photo aérienne de gens sur une plage réalisée par Ryan Longnecker


Pour découvrir d'autres photos aériennes de Ryan, consultez la collection Adobe Stock Premium. Pour consulter ses conseils sur la photographie par drone, cliquez ici.


ÉTAPES SUIVANTES