Dosez correctement l’exposition de vos photos.

Les appareils photo transposent la lumière en données à travers la conjugaison de trois variables essentielles formant le triangle d’exposition. Découvrez comment ces réglages peuvent vous aider à exposer correctement vos photos. 

Personne en position accroupie dans une forêt, occupée à examiner son appareil photo

Qu’est-ce que l’exposition ?

L’exposition est l’une des notions fondamentales en photographie. Lorsque vous prenez une photo, vous appuyez sur le déclencheur pour ouvrir l’obturateur de l’appareil, et la lumière à laquelle le capteur est exposé déclenche une réponse de ce dernier. L’exposition est la quantité de lumière qui atteint le capteur de votre appareil photo, ce qui génère des données visuelles sur une période de temps variable, allant de quelques fractions de seconde à plusieurs heures.

 

L’exposition correcte est un véritable exercice d’équilibriste. Une surexposition se traduit par des hautes lumières « brûlées » et des images délavées. À l’inverse, les photos sous exposées sont sombres et leurs ombres « bouchées ». Initiez-vous aux principes de base de l’exposition photographique et découvrez comment la doser correctement pour vos travaux.

 

Le triangle d’exposition.

Il n’existe pas de réglage permettant de contrôler à lui seul l’exposition sur un appareil photo. Trois paramètres de données différents forment le triangle d’exposition, à savoir la vitesse d'obturation, l'ouverture du diaphragme et la sensibilité ISO.

 

Vitesse d’obturation

La vitesse d’obturation correspond à la durée pendant laquelle l’obturateur reste ouvert, autrement dit au temps de pose ou à la durée d’exposition. Sur les appareils photo actuels, la vitesse d’obturation se mesure en fractions de seconde. En plein jour, la plage de valeurs standard est comprise entre 1/1000 et 1/200 s. La vitesse d’obturation adéquate est aussi fonction des conditions d’éclairage.

Voie lactée scintillant dans le ciel nocturne au-dessus d’un massif montagneux enneigé

Si la lumière vient à manquer, préférez une vitesse d’obturation lente. Vos images peuvent être correctement exposées et bien éclairées en dépit d’une faible luminosité, à condition de choisir les réglages qui s’imposent sur votre appareil photo. La nuit, certains photographes laissent l’obturateur ouvert plusieurs secondes durant. En pose longue, il arrive que le photographe laisse l’obturateur ouvert quelques minutes, voire plusieurs heures. Gardez à l’esprit que plus l’obturateur reste ouvert longtemps, plus le flou de mouvement risque d’être prononcé. Et le trépied devient alors l’accessoire indispensable pour le contrer.

 

Les vitesses d’obturation rapides sont intéressantes pour figer une action se déroulant à toute vitesse. Si, lors d’un évènement, vous souhaitez prendre quelques photos sur le vif des expressions des différents intervenants, optez pour une vitesse d’obturation de 1/400 s ou supérieure. Si l’action photographiée s’opère à un rythme effréné, comme lors d’une compétition sportive, préférez une vitesse d’obturation très élevée. Pour immortaliser la fugacité dans le mouvement de jeu d’un athlète, le photographe a tout intérêt à ne laisser l’obturateur ouvert que 1/1000 s afin de figer l’instant où le basketteur marque un panier.

 

Ouverture du diaphragme

L’ouverture sert à régler l’objectif pour contrôler la quantité de lumière admise dans l’appareil photo. Le principe de fonctionnement du diaphragme rejoint celui de l’iris de l’œil, qui se dilate pour laisser passer la lumière et se contracte lorsque la luminosité ambiante est forte, modifiant ainsi la taille de la pupille. La valeur d’ouverture du diaphragme est exprimée par le nombre f. Plus ce nombre est petit, plus l’ouverture de l’objectif est grande, et inversement. À f/8, on dit que le diaphragme est fermé. À f/2, il est largement ouvert et laisse passer davantage de lumière.

 

Un photographe culinaire utilisera une grande ouverture de diaphragme pour créer une profondeur de champ réduite, où le sujet est net et l’arrière-plan flouté. Imaginez une part de gâteau remarquablement claire et nette, servie sur une assiette dont le bord derrière elle est estompé. Une grande profondeur de champ sera volontiers employée en photographie de paysage, par exemple, où tous les éléments, des arbres à proximité aux montagnes au loin, paraissent remarquablement nets et bien définis.

Photo en gros plan d’une part de gâteau sur une assiette
Lac bordé d’arbres et de montagnes enneigées

Sensibilité ISO

La valeur ISO indique la sensibilité à la lumière du capteur de l’appareil photo. Concrètement, plus la valeur ISO est élevée, plus l’appareil photo est sensible à la lumière, et inversement. Un gain de sensibilité n’est pas toujours bénéfique. Une sensibilité ISO trop importante par rapport à la vitesse d’obturation ou à l’ouverture du diaphragme risque de générer du bruit numérique sur les images, qui sont alors granuleuses. Si la valeur ISO est trop basse, la photo sera sous-exposée.

 

La sensibilité ISO renvoie historiquement aux pellicules, et non aux appareils photo. Les différents films photographiques étaient plus ou moins sensibles à la lumière, et la valeur ISO était le moyen de quantifier cette sensibilité. Si, en photographie argentique, la sensibilité est déterminée par le choix de la pellicule, la sensibilité ISO est aujourd’hui davantage associée aux réglages qu’il est possible d’effectuer sur des appareils numériques.

 

« La sensibilité ISO entre en jeu lorsque vous souhaitez capturer une action », reconnaît la photographe Heather Barnes. « Votre objectif est faiblement ouvert, à f/16 par exemple, et la luminosité de votre scène insuffisante. C’est là qu’il faut booster la sensibilité ISO. »

 

Distance focale

Même si elles ne font pas partie du triangle d’exposition, la focale et la profondeur de champ (l’étendue de la zone de netteté dans votre photo) peuvent avoir une incidence sur les réglages retenus par ailleurs. Une faible profondeur de champ enveloppe les objets d’un flou artistique sur une courte distance de mise au point. La focale est la distance qui sépare le centre optique de l’objectif du capteur de l’appareil photo. Elle permet également d’identifier les objectifs, nommés d’après cette longueur focale exprimée en millimètres. Et plus la focale est courte, plus l’angle de champ sera grand.

Photographe tenant un réflex numérique dont l’écran affiche les réglages d’exposition

Contrôlez l’exposition sur l’histogramme.

Les appareils hybrides et les réflex numériques intègrent un petit écran LCD permettant de prévisualiser la photo qui vient d’être prise. Du fait de la taille de l’aperçu, il est difficile de savoir si l’image est correctement exposée. Il est donc possible d’afficher sur ces types d’appareils une représentation graphique des données d’exposition appelée histogramme.

 

« Les ombres sont représentées à gauche et les hautes lumières à droite », explique Heather Barnes.

 

La forme d’histogramme parfaite n’existe pas. Tout dépend du contexte et du sujet. L’histogramme d’une photographie de chat noir dans un environnement sombre n’aura pas la même forme que celui d’une photographie de lapin blanc dans un champ enneigé, même si les réglages d’exposition employés pour l’une et l’autre sont identiques.

 

Comment bien doser l’exposition.

Une photo bien exposée est la combinaison de trois facteurs : la qualité de votre équipement, celle de vos retouches et votre niveau de pratique.

 

Modes priorité ouverture, priorité vitesse et manuel

Nombre d’appareils photo actuels sont dotés de modes priorité ouverture ou priorité vitesse. Vous pouvez ainsi définir l’ouverture et la vitesse d’obturation, et les autres réglages s’ajusteront automatiquement pour que la photo soit correctement exposée. Les modes priorité ouverture, priorité vitesse, auto et autres réglages préexistants sont des outils que même les professionnels utilisent.

 

Cependant le mode manuel, en vous invitant à définir vous-même toutes les variables du triangle d’exposition, facilite la compréhension, se prête à davantage de créativité et confère davantage de maîtrise. Les prises de vues réalisées dans ce mode incitent davantage à jouer avec la lumière et les ombres, ainsi qu’avec d’autres facteurs tels que la profondeur de champ.

Personne tenant un posemètre
Appareil photo sur trépied dirigée vers une personne courant sur une plage, avec un soleil couchant en arrière-plan

Équipez-vous pour obtenir la bonne exposition

Une photo qui exige un temps de pose long nécessite également un dispositif pour stabiliser l’appareil. « Un trépied permettra de limiter les tremblements de l’appareil que mettra en évidence une vitesse d’obturation lente », conseille Heather Barnes. Si vous photographiez un ciel nocturne avec un temps de pose de l’ordre de plusieurs dizaines de secondes, il vous faudra un trépied ou un accessoire similaire pour obtenir le rendu souhaité.

 

Un posemètre est un appareil de mesure de la lumière. Beaucoup de réflex numériques en intègrent un mais, en fonction de la précision requise, vous devrez peut-être en utiliser un autre. En mesurant la lumière plutôt qu’en l’évaluant au jugé, sans doute parviendrez-vous à définir vos paramètres d’exposition avec davantage de précision.

 

Exposition et post-production

Le réglage de l’exposition peut aussi s’effectuer au stade de la post-production. Testez pour ce faire le curseur Adobe Photoshop Lightroom dédié. Vous pouvez éclaircir et affiner le réglage des images sous-exposées à l’aide de différents curseurs. Les images sous-exposées contenant moins de données, votre marge de manœuvre est plus limitée pour les changements.

 

Entraînez-vous, encore et encore

Enfin, la pratique reste le meilleur moyen de doser correctement l’exposition de vos photos. Prenez des photos dans différentes conditions d’éclairage. Photographiez des sujets en mouvement à différentes vitesses d’obturation. Faites des essais sur les différents paramètres du triangle d’exposition, et repérez les réglages et environnements permettant d’obtenir les résultats escomptés.

 

« Lisez tous les ouvrages qui vous tombent sous la main, conclut Heather Barnes, sachant que rien ne remplace la pratique. »

Contributrice

Allez plus loin avec Adobe Photoshop Lightroom.

Retouchez facilement des photos avec les paramètres prédéfinis Lightroom et accédez à vos projets, où que vous soyez, grâce à la gestion du stockage des photos dans le cloud.

Ces contenus pourraient également vous intéresser…

Photographie en noir et blanc d'une montagne enneigée

Introduction à la photographie en noir et blanc.

Perfectionnez vos talents de photographe et prenez des photos parfaites grâce à la photographie en noir et blanc.

Rose avec un corps de femme

Comprendre l'art de la photographie surréaliste

Explorez l'univers du surréalisme et découvrez comment réaliser vos propres images oniriques.

Photo en couleur de sucettes glacées sur des assiettes soigneusement disposées sur une table

Explorez l'intégralité du spectre avec la photographie couleur.

Améliorez vos compétences en photographie couleur grâce à ce rappel historique et ces techniques.

Vue en contre-plongée d'une crevasse de canyon

Améliorer une image dans Adobe Photoshop Lightroom

Découvrez comment ajuster la texture, la clarté et la netteté pour améliorer la qualité d'une image.

Téléchargez Lightroom.

Retouchez et synchronisez vos photos dans le cloud avec tous vos appareils.

Gratuit 7 jours, puis ... par mois.