Accessibilité

Glossaire de termes typographiques

Voici un mini-glossaire des termes fréquemment employés dans l'univers de la typographie.

alignement
Positionnement du texte par rapport aux marges de la page. Il existe quatre types d'alignement : fer à gauche, fer à droite, justifié ou centré. Pour un alignement à gauche ou à droite, on parle également de composition en drapeau.
ascendante
Également appelée hampe ou longue ascendante ou jambage supérieur. Partie d'un caractère bas de casse (tel que k, b, ou d) qui s'élève au-dessus de l'œil.
ligne de base
Parfois appelée ligne de pied. Ligne imaginaire sur laquelle s'aligne l'œil de tous les caractères.
corps du texte
Paragraphes d'un document constituant la majeure partie de son contenu. Le corps du texte sera défini dans une police de caractères appropriée et lisible, avec un corps de 10 ou 12 points.
caractère gras
Version plus noire d'un caractère dont les traits ont été épaissis pour les faire mieux ressortir sur la page. La mise en gras convient aux titres tandis que l'italique est préférable pour le corps du texte.
puce
On parle également de point centré, point vedette ou point vignette. Point ou autre caractère spécial placé à gauche d'une liste d'éléments pour signaler la corrélation entre chacun d'eux.
hauteur de capitale
Hauteur de la capitale d’une police, comprise entre la ligne de base et l’extrémité supérieure du caractère. Elle peut être égale ou non à celle de l'ascendante. La hauteur de capitale sert, dans certains systèmes, à mesurer le corps de la police.
centré
Texte placé à équidistance des marges gauche et droite. Les titres sont généralement centrés. Il est déconseillé de panacher composition centrée et composition en drapeau.
caractère, code de caractère
Le terme "caractère" revêt un sens différent suivant le contexte. En référence aux systèmes d'exploitation informatiques modernes, il désigne généralement un code auquel est associé une signification particulière. Ainsi, le code de caractère décimal 97 symbolise la lettre a. À l'heure actuelle, la plupart des systèmes d'exploitation représentent les codes de caractères par une unité de données sur 8 bits appelée octet.
Voir aussi codage de caractères, glyphe, disposition de clavier.
mappage de caractères
Voir codage de caractères.
codage de caractères
Table de correspondance entre les codes de caractères et les glyphes d'une police. À l'heure actuelle, la plupart des systèmes d'exploitation représentent les codes de caractères par une unité de données sur 8 bits appelée octet. Raison pour laquelle les tables de codage de caractères sont limitées à 256 codes de caractères au maximum. Le codage des caractères diffère, en outre, suivant les systèmes d'exploitation. Par exemple, la plate-forme Macintosh utilise le jeu de caractères Macintosh standard tel que défini par Apple Computer, Inc. tandis que le système d'exploitation Windows fait appel à un tout autre codage, spécifié par Microsoft. Les polices OpenType (et les polices Type 1 standard) contiennent, fort heureusement, la totalité des glyphes indispensables à ces deux systèmes de codage, de sorte qu'elles fonctionnent correctement avec ces deux systèmes d'exploitation mais également avec d'autres.
Le codage des caractères diffère, en outre, suivant les systèmes d'exploitation. Par exemple, la plate-forme Macintosh utilise le jeu de caractères Macintosh standard tel que défini par Apple Computer, Inc. tandis que le système d'exploitation Windows fait appel à un tout autre codage, spécifié par Microsoft. Les polices OpenType (et les polices Type 1 standard) contiennent, fort heureusement, la totalité des glyphes indispensables à ces deux systèmes de codage, de sorte qu'elles fonctionnent correctement avec ces deux systèmes d'exploitation mais également avec d'autres.
Voir aussi caractère, glyphe, disposition de clavier.
couleur
Voir couleur typographique.
condensée
Variante d'une police de caractères dont la chasse est plus étroite que d'ordinaire, permettant de répartir un maximum de glyphes sur un espace donné.
contraste
Perception subjective d'unité entre éléments graphiques distincts (polices, par exemple), donnant un sentiment de diversité dans un tout harmonieux. Pour une police particulière, le contraste évoque la variation des épaisseurs de traits formant les caractères. Helvetica est une police peu contrastée au contraire de Bodoni, très contrastée.
calibrage
Opération qui consiste à jouer sur le corps et l'interlettrage pour que le texte occupe une surface donnée de la page.
descendante
Également appelée hampe ou longue descendante ou jambage inférieur. Partie d'un caractère bas de casse (tel que y, p ou q) descendant sous la ligne de base des autres minuscules. Dans certaines familles de caractères, les majuscules J et Q descendent également sous la ligne de base.
dingbats
Polices de caractères constituées de symboles tels que des ornements, des flèches et des puces.
police de titrage
Police de caractères optimisée pour les compositions dans des corps élevés, fréquemment utilisée dans les titres. En règle générale, elle se révèle moins lisible dans des corps plus petits, sur de grands blocs de texte. S'il s'agit d'une police de caractères avec empattements, la graisse des fûts et surtout celle des empattements et traverses sera nettement moindre que celle de sa version équivalente en caractères de texte courant.
ppp
Abréviation de points par pouce. Résolution à laquelle un périphérique (moniteur ou imprimante, par exemple) affiche les textes et les graphiques La résolution moyenne d'un moniteur est de 100 ppp maximum, tandis que celle d'une imprimante laser peut être égale ou supérieure à 300 ppp. Par conséquent, une image imprimée sur une imprimante laser paraît plus nette que la même image à l'écran.
lettrine
Lettre capitale de début de paragraphe composée dans un corps supérieur à celui du texte et alignée sur le haut de la première ligne. Ce style typographique signale le début d'une nouvelle section de texte, notamment un chapitre.
ellipse
Caractère ressemblant aux points de suspension (...) signalant l'omission d'un mot ou d'une phrase.
cadratin
Unité de mesure standard en typographie. Le cadratin équivaut à la chasse du M majuscule mesurée dans la police et le corps utilisés. Dans la pratique, il désigne la force de corps de la police courante ; par exemple, en corps 12, le cadratin vaut 12 points.
tiret cadratin
Tiret dont la largeur est égale à un cadratin, utilisé notamment pour introduire une pause dans la phrase.
demi-cadratin
Unité de mesure standard en typographie. Le demi-cadratin équivaut à la chasse du N majuscule mesurée dans la police et le corps utilisés. Dans la pratique, il représente 50% de la valeur d'un cadratin.
tiret demi-cadratin
Tiret dont la largeur est égale à un demi-cadratin, utilisé pour indiquer un intervalle de valeurs.
codage
Voir codage de caractères.
dessin de lettre
Style de caractère. C'est le cas du style italique de la famille de caractères Garamond, par exemple.
famille
Également appelée famille de caractères. Ensemble des caractères élaborés en vue de leur utilisation conjointe. Par exemple, la famille Garamond se compose des styles romain et italique ainsi que des graisses normal, demi-gras et gras. Chacun des assortiments de style et de graisse forme un caractère.
fer à gauche
Alignement vertical des lignes de texte à gauche. Si ce même texte n'est pas aligné à droite et se termine irrégulièrement, sa présentation est dite au fer à gauche, drapeau à droite. L'expression drapeau à droite est parfois utilisée seule pour désigner la même chose.
fer à droite
Alignement vertical des lignes de texte à droite. Si ce même texte n'est pas aligné à gauche et que le début des lignes est irrégulier, sa présentation est dite au fer à droite, drapeau à gauche. L'expression drapeau à gauche est parfois utilisée seule pour désigner la même chose.
police de caractères
Assortiment d'une graisse, d'une chasse et d'un style déterminés de caractère. Avant l'apparition des caractères d'imprimerie à taille variable, la distinction entre la fonte, le caractère et la famille était subtile. Les termes fonte et caractère tendent à être employés l'un pour l'autre, même si le second se révèle plus exact.
famille de caractères
Également appelée famille. Ensemble de caractères élaborés en vue de leur utilisation conjointe. Par exemple, la famille de caractères Garamond se compose des styles romain et italique ainsi que des graisses normal, demi-gras et gras. Chacun des assortiments de style et de graisse forme un caractère.
glyphe
Le terme glyphe revêt un sens différent suivant le contexte. En micro-informatique, et plus précisément en référence aux systèmes d'exploitation modernes, ce terme désigne souvent une forme déterminée d'une fonte symbolisant un code de caractère à l'écran ou sur un support papier. Le glyphe le plus courant est la lettre mais les symboles et les formes d'une police de caractères telle que ITC Zapf Dingbats constituent également des glyphes.
Voir aussi caractère, codage de caractères, disposition de clavier.
alinéa en sommaire
Style de paragraphe dont la première ligne est composée au fer à gauche et les suivantes avec alinéa. Synonyme de composition en sommaire, ce style met agréablement en valeur les listes d'informations.
titrage
Lignes de texte courtes mises en valeur, introduisant le contenu du corps de texte. Catégorie de caractères particulièrement adaptés au texte des titres.
algorithmes d'optimisation
Instructions mathématiques intégrées aux polices numériques pour en garantir le dessin net et précis quelles que soient la force de corps et la résolution du périphérique d'affichage.
italique
Version inclinée ou scripte d'un caractère. Les lettres "droites" sont des caractères romains.
justifié
Bloc de texte dont les lignes sont alignées sur les marges de gauche et de droite. Un texte justifié, bien que plus formel, rend la lecture plus difficile.
crénage
Réglage de l'espacement horizontal entre caractères adjacents sur une ligne de texte. Cette manipulation est capitale pour les manchettes, par exemple. En l'absence de crénage, nombre de combinaisons de lettres sont inesthétiques. L'objectif consiste à harmoniser l'interlettrage pour garantir la lisibilité du texte.
Les logiciels de PAO appliquent un crénage automatique d'après des tables de valeurs. Certains d'entre eux proposent également un crénage manuel pour des réglages d'une extrême précision.
disposition de clavier, définition de clavier
Parfois désignée sous le terme de mappage de caractères, une disposition ou définition de clavier est une table permettant à un système d'exploitation informatique de déterminer le code de caractère généré lors de la pression d'une ou plusieurs touches.
Voir aussi caractère, codage de caractères, glyphe.
interlignage
Espace ajouté entre les lignes d'un texte pour le rendre lisible. Ce terme désignait à l'origine les lames fondues en alliage dont se servaient les imprimeurs pour espacer physiquement les lignes de caractères de plomb. La plupart des applications appliquent automatiquement un interlignage standard en fonction du corps de la police. Si un interlignage étroit permet de remplir davantage la page, le texte, lui, devient moins lisible. À l'inverse, un interlignage large espace le texte sur la page et le rend plus lisible. Lorsque l'interlignage est négatif, le rapprochement des lignes crée un accolement ou une superposition.
interlettrage
Ajustement de l'espace entre les lettres d'un bloc de texte afin de faire tenir plus ou moins de texte ou d'en améliorer la lisibilité. Contrairement au crénage qui affine les approches des lettres deux à deux, l’interlettrage s’applique à un bloc de texte entier. On désigne parfois l'interlettrage sous les termes d'approche ou de crénage libre.
ligature
Jonction de deux lettres ou plus pour ne former qu’un seul nouveau caractère. Dans certaines polices, les associations de caractères telles que fi et fl se superposent, créant une forme inesthétique. Les ligatures fi et fl furent élaborées pour améliorer leur graphie. Des graphèmes tels que ff, ffl et ffi sont disponibles dans toutes les polices Adobe OpenType Pro et dans certaines polices Adobe OpenType Standard.
marge
Blancs encadrant un bloc de texte. En règle générale, les marges sont créées sur les bords de la page, puisque la plupart des imprimantes n'impriment pas jusque là. Les blancs aèrent également le texte pour le rendre plus esthétique et plus lisible.
oblique
Variante inclinée d'un caractère. L'oblique est semblable à l'italique, à ceci près qu'elle est dépourvue de l'aspect cursif de cette dernière. Les lettres "droites" sont des caractères romains.
OpenType
Le format OpenType™ englobe les précédents formats de polices TrueType et Adobe® PostScript® Type 1. Tel qu'il a été conjointement défini par Microsoft et Adobe Systems, il constitue sur le plan technique une extension du format TrueType Open de Microsoft pouvant contenir des contours de polices PostScript ou TrueType dans un même fichier de polices exploitable à la fois sur plates-formes Macintosh et Windows. Il peut également inclure un jeu de caractères étendu reposant sur la norme de codage Unicode ainsi que des fonctions de traitement typographique évoluées applicables au positionnement et à la substitution de glyphes, autorisant l'intégration de plusieurs variantes de glyphes au sein d'un même fichier de polices.
filets de paragraphe
Traits associés à un paragraphe séparant les blocs de texte. Les filets servent généralement à séparer les colonnes et à isoler des illustrations sur une page. Certains logiciels de PAO permettent de créer des styles de paragraphe définissant des filets au-dessus et au-dessous.
pica
Unité de mesure approximativement égale à un sixième de pouce. Un pica équivaut à 12 points. Le pica anglo-saxon mesure environ 4,22 mm. Sur une imprimante PostScript, le pica équivaut très exactement à un sixième de pouce.
point
Unité de mesure typographique équivalant à un soixante-douzième de pouce (0,351 mm). Un pica est égal à 12 points.
corps
Mesure standard du caractère, exprimée en points, et délimitée par l'extrémité supérieure de la plus haute ascendante et l'extrémité inférieure de la plus basse descendante. En Europe, le caractère se mesure souvent par la hauteur des capitales en millimètres.
lettrine alignée en pied
Lettre capitale de début de paragraphe composée dans un corps supérieur à celui du texte et alignée sur la ligne de base de la première ligne. Comparer à lettrine.
noir-au-blanc
Technique consistant à imprimer un texte blanc ou de couleur claire sur fond noir ou foncé afin de le faire ressortir. La lisibilité du texte s'en trouve diminuée, surtout si celui-ci est composé de petits caractères.
romain
Désigne traditionnellement la variante "droite" d'un caractère d'une famille, par opposition à sa version italique
filet
Traits continus ou pointillés d'un document servant à séparer les éléments d'une page. Mieux vaut réserver un usage sporadique aux filets et autres artifices graphiques, et à seule fin de clarifier la fonction des autres éléments de la page.
sans empattements
Caractéristique d'une police sans empattements. Son dessin est généralement peu contrasté. Les caractères sans empattements donnent un aspect clair et dépouillé aux documents.
empattement
Petit trait transversal décoratif situé à la tête et au pied de chaque jambage d’une lettre. Les empattements sont destinés à faciliter la lecture.
texte plein
Interlignage égal au corps de la police utilisée. Utilisé, en règle générale, avec les corps de caractères de titrage élevés.
style
Attribut visuel, comme l'italique et le gras, dont sont constitués les caractères d'une famille.
symbole
Catégorie de caractères dont les signes sont des symboles spéciaux et non des caractères alphanumériques
chiffres tabulaires
Nombres de même valeur de chasse qui facilitent le tableautage.
approche
Espacement moyen des caractères d'un bloc de texte. Parfois employé comme synonyme d'interlettrage.
TrueType
Technologie de polices dimensionnables intégrée, au même titre qu'OpenType, à Windows et Mac OS.
Type 1
Norme typographique internationale des polices dimensionnables, inventée par Adobe Systems. Type 1 fait partie des formats de polices numériques les plus répandus et est très apprécié des graphistes professionnels. Il est en passe d'être supplanté par OpenType.
caractère
Ensemble des signes alphabétiques et numériques et des symboles constituant le dessin d'une lettre. Un caractère appartient souvent à une famille de dessins coordonnés. Les caractères individuels portent le nom de leur famille d'appartenance et sont également désignés par leur dénomination (italique, gras ou étroit, par exemple).
famille de caractères
Également appelée famille. Ensemble de caractères élaborés en vue de leur utilisation conjointe. Par exemple, la famille de caractères Garamond se compose des styles romain et italique ainsi que des graisses normal, demi-gras et gras. Chacun des assortiments de style et de graisse forme un caractère.
couleur typographique
Aspect foncé d'un bloc typographique. La couleur dépend de l'épaisseur relative des traits constituant les caractères d'une police mais aussi de la chasse, du corps et de l'interlettrage utilisés pour la composition du bloc de texte.
non justifié
Selon le type d'alignement, ce terme désigne un texte aligné à gauche, aligné à droite ou centré.
graisse
Épaisseur relative des traits d'une famille de caractères. On parle de tracés maigre, normal, demi-gras, gras, extra-gras (noir), etc.
blanc
Partie d’une page ne contenant ni texte ni illustration, permettant de constituer la mise en pages.
chasse
Variante possible d'un caractère d'une famille, par exemple étroite ou large.
intermots
Espace variable entre les mots dont l'ajustement vise à améliorer la lisibilité du texte ou à faire tenir un bloc typographique dans un espace donné.
WYSIWYG
Acronyme de What You See Is What You Get ("tel écran-tel écrit"). Les environnements Macintosh, Windows et certains environnements UNIX proposent ce type d'affichage. Ce qui s'affiche à l'écran correspondra à ce qui sera imprimé sur papier, le moniteur restituant l'image la plus fidèle possible.
œil
Il s'agit traditionnellement de la hauteur de la lettre minuscule x. L'œil désigne également la hauteur des lettres bas de casse d'une police de caractères, sans les hampes ascendantes et descendantes. Certaines lettres bas de casse sans hampe ascendante ni descendante ne correspondent néanmoins pas tout à fait à cette hauteur d'œil. La hauteur d'œil peut varier considérablement d'une police de caractères à l'autre, pour un corps donné.


Font finder tools

 

Browse fonts alphabetically

 

Browse fonts category

Fonts by Style
Style Index
Blackletter
Brush
Calligraphic
Casual
Chiseled
Contrast – High
Contrast – Low
Copperplate
Engraved
Geometric
Handtooled
Handwritten
Heavy
Initials
Inline
Light – Thin
Mono
Narrow
Ornaments
Outline
Picture
Script
Stencil
Swashes
Wide
Woodcut
Fonts by Use
Use Index
Advertise
Announcements
Annual Reports
Architecture
Awards
Banners
Body Text
Business Cards
Catalogs
Dictionaries
Greeting Cards
Headlines / Titles
Invitations
Logos
Manuals
Maps
Menus
Music
New Releases
Newsletters
Packaging
Phone Directories
Resumes
Schedules
Signage
Small Settings
Video Titling
Web Pages
Fonts by Theme
Theme Index
Cartoon
Children
Classical
Computer
Contemporary
Decorative
Distressed
Dynamic
Elegant
Futuristic
Historical
Humorous
Industrial
Informal
Novelty
Old West
Primitive
Retro
Scary
Sexy
Fonts by Classification
Classification Index
Adobe Originals
Arabic
Blackletter
Capitals
Computer Related
Cyrillic
Cyrillic Extended
Decorative/Display
Didone
Expert
Garalde
Glyphic
Greek
Gujarati
Gurmukhi
Hebrew
Inline
Japanese
Korean
Mathematical
Mono
OpenType Pro
Opticals
Ornaments
Phoenetic
Sans Serif
Small Caps/Old Style
Script
Slab Serif
Swash
Symbol
Tamil
Thai
Transitional
Venetian
Font Designers
Designers Index
Akira Kobayashi
Alan Blackman
Carl Crossgrove
Carol Twombly
Christopher Slye
Cleo Huggins
Craig Frazier
David Březina
David Siegel
Fernando Mello
Fiona Ross
Jeremy Tankard
Jim Parkinson
Jim Wasco
Joachim Muller-Lance
John Benson
John Hudson
Jovica Veljovic
Joy Redick
Julian Waters
Lance Hidy
Laurie Szujewska
Lynne Garell
Mario Feliciano
Mark Jamra
Masahiko Kozuka
Michael Harvey
Michael Want
Min Wang
Paul D. Hunt
Richard Lipton
Rick Cusick
Robert Slimbach
Ryoko Nishizuka
Tim Holloway
Timothy Donaldson
Thomas Phinney
Viktor Solt-Bittner