Guide de la macrophotographie : conseils pour vous rapprocher du monde.

La macrophotographie consiste à tirer parti des outils d’agrandissements et notamment du grand choix d’objectifs macro pour modifier la perspective qu’on a du sujet afin de se concentrer sur les détails. L’image ainsi obtenue permettra de découvrir des coloris et des textures invisibles à l’œil nu : c’est ce que l’on appelle la macro-photo.

 

Mais comment photographier en macro ? Quel objectif de macro photo choisir ? Avez-vous besoin d’accessoires particuliers ? Les photographes en macrophotographie Ben Long, Khara Plicanic, Stephen Klise, Carli Davidson et Jeff Carlson vous livrent leurs conseils et astuces et vous parlent du matériel et des objectifs de macrophotographie pour vous aider à faire vos premiers pas.

Macrophotographie de fourmis rouges

Qu’est-ce que la macrophotographie ?

 

Par macrophotographie, on entend toute image dont le taux d’agrandissement est supérieur à 1 : 1, autrement dit toute photo dont le sujet sera au moins aussi gros que sa version réelle sur le capteur de l’appareil. Plus généralement, elle consiste généralement à utiliser un objectif macro photo adapté afin d’obtenir des clichés dont le sujet occupe la majorité de l’espace et sur lesquels on peut observer de très près, de très petits détails. 

 

En projetant ainsi quelque chose d’infiniment petit (un insecte, une fleur ou de la nourriture par exemple) sur un cadre beaucoup plus grand, on lui donne une dimension plus impressionnante et on peut révéler des détails imperceptibles, comme l’antenne d’une sauterelle ou le grain d’une peau d’orange, mais on se heurte aussi à des difficultés comme le choix de l’objectif, l’angle de la prise de vue et l’expérience technique en macrophotographie.

Choisir son appareil de macrophotographie.

Pour réussir vos clichés, un appareil photo adapté à la macrophotographie est un bon investissement. Lors de votre choix, tenez compte de la résolution de l’appareil photo. 

 

Définie par le nombre et la densité de pixel, elle s’exprime en dpi et décrit la qualité de l’image imprimée ainsi que sa capacité à être agrandie. En pratique, c’est à elle que l’on évalue le niveau de détail visible sur une image. À taille égale, plus la résolution est élevée, plus l’image est précise. Il est préférable d’utiliser un appareil plein format, puisqu’il permet de capturer plus de pixels. 

 

Les appareils photo sans miroir et les reflex sont généralement les plus recommandés par les photographes professionnels.  

 

  • Un appareil reflex vous offrira un plus grand choix d’objectifs et des réactions généralement plus rapides (aucun décalage entre le moment où vous appuyez sur l’obturateur et la prise de votre photo macro).

  • Un appareil sans miroir intensifie la mise au point et permet d’offrir un aperçu immédiat de la netteté et de l’exposition d’une photo. 

 

Cependant, le reflex APS-C ou le full frame plein format se disputent le devant de la scène en macrophotographie et ont des avantages distincts :

 

  • Le capteur full frame (plein format) offre généralement une meilleure qualité, une profondeur de champ concentrée sur l’avant-plan et donc mieux adaptée à la macrophoto. Il a également une plus grande sensibilité à la lumière qui pourra vous aider à compenser la proximité. 

  • Le reflex APS-C, le plus courant sur le marché des photographes amateurs, est beaucoup plus accessible et facile à utiliser. Il sera le plus souvent équipé d’un mode rafale qui pourra vous être utile si votre sauterelle refuse de prendre la pose. Son prix, généralement plus bas, vous permettra peut-être d’investir dans un milieu, voire haut de gamme plutôt qu’un plein format premier prix. 

 

De nombreux appareils reflex sont équipés d’un mode photo macro qui règle automatiquement l’objectif. C’est une solution idéale pour les débutants ou les personnes souhaitant apprendre la macrophotographie. Cependant, ce mode réduit fortement le contrôle en termes de réglages de l’ouverture et de la vitesse d’obturation, et vous aurez tôt fait d’en subir les limitations.  

 

 

Quel objectif en macrophotographie ?

L’objectif macro est le seul investissement qui est vraiment indispensable pour photographier le monde enchanteur du tout petit. Lorsqu’on capture une photo de paysage ou un portrait, l’ajustement de la distance entre l’objectif et le capteur est différent de celle que l’on recherche en macrophotographie. Il faut tenir compte de plusieurs facteurs pour bien choisir son objectif macrophotographie, notamment :

 

La longueur focale.

 

On parle d’objectif macro à partir de 55 mm (l’équivalent de l’œil nu), mais pour photographier des sujets craintifs comme les insectes, ou très petits, il est recommandé de pouvoir compter sur un objectif macro de 100 mm au minimum. Un bon objectif, pour débuter en macrophotographie, offrira une focale entre 50 et 180 mm. 

 

L’ouverture.

 

L’une des grandes difficultés d’une photo macro est la précision de la profondeur de champ. Pour une ouverture traditionnellement très acceptable, comme f/2,8, on aura une profondeur de champ de moins de 1 mm en macrophoto et donc un risque de flou considérablement augmenté. Pour élargir la zone nette, choisissez une ouverture de f/8 ou moins, et configurez les autres réglages, comme le paramètre ISO et le temps de pose, afin de compenser le manque de lumière.

 

Le rapport d’agrandissement.

 

La plupart des objectifs polyvalents offrent un rapport d’agrandissement supérieur à 1:2,8, c’est-à-dire que l’image sera 2,8 fois plus petite qu’en réalité. En choisissant votre objectif macro, visez un rapport d’agrandissement minimum de 1:1, soit la taille réelle du sujet. Si votre budget le permet, vous aurez tôt fait de découvrir que certains objectifs peuvent aller bien au-delà, comme une loupe.  

 

L’autofocus.

 

La mise au point automatique présente de nombreux avantages, notamment en macrophotographie d’objets inanimés comme les bijoux. Cependant, nombreux sont les photographes qui préfèrent le mode manuel puisqu’il permet de contrôler intégralement leur prise de vue. Pour éviter que le moindre mouvement ne gâche votre cliché (par exemple le saut d’une sauterelle), réglez votre appareil en mode autofocus continu (continuous-servo) afin de réajuster constamment la mise au point sur ces minuscules antennes.

 

Quelques objectifs de macrophotographie à envisager.

 

Testés et approuvés, certains objectifs ont déjà fait leurs preuves auprès des photographes de macrophotographie :

 

  • Canon 100mm f/2.8 offre un rapport de grandissement 1 : 1 dans un dispositif solide et stable sans être trop lourd à transporter. Le tarif reste relativement raisonnable compte tenu de la qualité de l’appareil. L’un de ses gros avantages est qu’il permet de faire la mise au point manuellement sans changer de mode, en prenant simplement le pas sur l’autofocus. 

  • Le Tamron Di Macro est une bonne alternative pour ceux dont le budget ne saurait se permettre un Canon. L’autofocus est relativement rapide, le capteur est de bonne qualité et la longueur focale commence à 90 mm, ce qui est tout à fait acceptable en macrophotographie.

 

Si votre budget est restreint ou que vous voulez apprendre la macrophotographie avant d’investir dans un objectif, vous pouvez aussi vous contenter de modifier les objectifs de votre appareil photo traditionnel. 

 

La bague d’inversion est un accessoire idéal pour prendre une photo macro et pour commencer à explorer cette discipline à moindres frais, puisqu’elle permet de monter votre objectif à l’envers afin d’obtenir un effet macro phénoménal.

Les autres accessoires indispensables pour la macrophotographie.

 

Il existe de nombreux accessoires qui peuvent vous aider à mieux réussir votre photo macro :

 

Les bagues d’inversion.

 

En vous permettant d’inverser vos objectifs existants, elles constituent un excellent moyen de vous essayer à la macrophoto sans dépenser une fortune en matériel. On admet généralement qu’un objectif 50 mm est un bon choix pour utiliser cette drôle de technique de macrophotographie, et permettra d’obtenir un rapport de rapprochement d’environ 1:1.

 

Les bague-allonges, ou tubes d’extension. 

 

Comme leur nom l’indique, elles permettent d’augmenter la focale de votre appareil en intercalant des tubes entre le boîtier et l’objectif. Elles se vendent souvent en lots de trois, et il est possible d’en combiner plusieurs pour un rapprochement magnifié, mais elles ont tendance à réduire la luminosité. Si vous utilisez plusieurs bagues-allonges, pensez à augmenter l’ouverture ou la durée d’exposition afin de laisser entrer plus de lumière.

 

La bonnette (ou les filtres close-up). 

 

Telle une loupe, elle se fixe au bout de votre objectif afin d’agrandir le sujet avant de l’imprimer numériquement sur le capteur. Notez toutefois que l’utilisation de plusieurs bonnettes ou filtres peut réduire la qualité de votre photo macro. 

Le soufflet macro.

 

À l’instar des bagues-allonges, le soufflet permet de se rapprocher du sujet sans réduire la distance entre la scène et l’appareil, et il donnera à votre objectif un joli petit air d’antan. Son impact sur la luminosité est toutefois considérable et devra être compensé de plusieurs manières. 

 

Le trépied.

 

Le trépied est indispensable à ce type de photo puisque la macrophotographie ne tolère absolument pas le mouvement. En effet, la profondeur de champ étroite, la focale importante et l’agrandissement considérable augmentent le risque de flou. 

Quel éclairage pour la macrophotographie ?

 

L’éclairage est un facteur essentiel de la macrophotographie. En l’absence de soleil éclatant, certains accessoires vous permettront non seulement d’augmenter l’apport de lumière, mais aussi de contrôler les ombres indésirables. Envisagez notamment de vous équiper de deux systèmes pour contrôler la luminosité :

 

  • Une source externe de lumière, comme une lampe stroboscopique, une torche, un panneau LED ou encore un flash externe et déclenchable à distance. Ce dernier vous permettra de rétro-éclairer un sujet, mais aussi de diminuer le réglage ISO de votre appareil ou la profondeur de champ.

  • Une source de réflexion de la lumière, comme un parapluie blanc, est utile pour supprimer les ombres ou harmoniser la luminosité en compensant l’effet directionnel de certaines sources de lumière. 
« J’ai l’habitude d’amener avec moi un petit flash externe – comme une lampe de poche. J’aime beaucoup m’en servir pour donner un côté plus théâtral à mes photos d’alliances. »

Photographe de mariage Khara Plicanic.
 

 

 

Conseils pour réussir vos photos macro. 

 

Les préparations et techniques requises pour faire de la macrophotographie sont différentes de celles qui permettent de prendre des photos de paysages ou d’animaux sauvages. Découvrons ensemble tous les conseils de base pour maîtriser cet art et réussir tous vos clichés.

 

Observez les détails.

 

Plus on se rapproche d’un objet, plus on découvre tous les détails et imperfections qui n’étaient pas présents auparavant. Avec un agrandissement comme celui qu’on trouve en macrophotographie, vous allez probablement remarquer chaque élément parasite, cheveux ou saletés. Armez-vous d’une petite brosse ou d’une pince à épiler pour nettoyer et supprimer ces éléments, afin d’obtenir le meilleur résultat possible.

Préparez votre prise de vue.

 

La profondeur de champ réduite associée aux plans rapprochés augmente la marge d’erreur et rend la préparation de la prise de vue d’autant plus importante. En effet, il suffit d’un petit réglage pour réussir ou rater votre photo macro. Il est important de garder en tête votre sujet. 

 

« Quand je fais de la macrophotographie, je ne perds jamais de vue le sujet. Je me demande sans arrêt où il est et comment il apparaît sur l’image, »

Carli Davidson, auteur de best-sellers et photographe.
 

 

Maîtrisez l’éclairage.

 

Tous les détails sont amplifiés par l’agrandissement, et c’est aussi le cas des effets d’ombres, de lumière et des contre-jours. Contrôlez ces effets et tirez-en parti lors de votre séance de macrophotographie. 

 

En studio ou en intérieur, ajustez l’éclairage selon vos besoins et repositionnez votre sujet afin d’éviter les ombres. Pour les shootings où l’éclairage est limité ou en extérieur, équipez-vous d’un flash externe afin d’ajuster la lumière. 

 

Soignez votre mise en scène.

 

On a tendance à oublier que la mise en scène est un élément crucial en macrophotographie. Tout comme le type d’éclairage et les éléments parasites, l’arrière-plan peut lui aussi transformer votre photo. Il est donc particulièrement important de soigner la mise en scène pour les plans rapprochés. Réfléchissez bien à votre toile de fond et à ce qui pourra la mettre en valeur ou l’améliorer. Prenez aussi en compte tous les éléments qui pourraient distraire votre sujet. 

 

Notez qu’il est plus facile de contrôler l’arrière-plan en intérieur. En extérieur, il vous faudra peut-être changer d’angle ou vous déplacer.

 

« J’avais réalisé une jolie petite scène, avec des dinosaures en plastique, et je m’apprêtais à l’envoyer à mon éditeur quand mon épouse m’a fait remarquer que ma photo contenait de la vaisselle sale en arrière-plan… ! »

Ben Long, photographe.
 

 

Évitez le mouvement.

 

Le mouvement est la principale cause de flou en macrophotographie et cela semble logique puisque ce risque est augmenté par le rapprochement. Un bon setup et un trépied vous aideront à soigner le cadrage et à minimiser le risque de mouvement. 

 

Tout est question de timing lorsqu’on photographie des insectes ou des fleurs. Dépêchez-vous de prendre votre photo avant que l’abeille ne s’envole et prenez compte des petits coups de vent afin d’éviter de prendre une photo macro floue. 

 

« En macrophotographie, la marge de manœuvre est si petite que la moindre erreur de réglage ou de mise en scène suffit à tout anéantir. Il faut prendre le temps de tout prévoir. »

Photographe Stephen Klise.

Entraînez-vous. 

 

Ne vous inquiétez pas si vous ne réussissez pas du premier coup. Même les meilleurs photographes font des erreurs. La pratique et l’entraînement vous aideront à prendre de meilleures photos macro. Le principal c’est de vous amuser, de développer votre propre style et de laisser parler votre créativité.  Les plus grands photographes de macrophotographie ont eux aussi débuté en s’amusant à photographier des objets inconséquents. 

 

« Votre frigo est un bon point de départ en macrophotographie. En s’approchant de près, les fruits peuvent révéler de fascinantes textures. Certaines peaux ont même des poils. J’ai photographié un cornflake une fois avec un énorme grossissement et l’image ressemblait à un vieux morceau de viande ou à une photo de la planète Mars. »

Ben Long, photographe.

 

 

Les techniques en macrophotographie.

 

Retrouvez tous nos conseils sur les meilleures pratiques et techniques en macrophotographie, et capturez avec précision de magnifiques clichés.

La distance entre l’appareil et le sujet.

 

C’est en réduisant la distance entre vous et votre sujet que vous pourrez obtenir de magnifiques flous d’arrière-plan, parfaits pour mettre en valeur une photo macro. Ce n’est toutefois pas toujours possible, surtout dans les photos de nature où l’abeille en plein travail s’inquiètera probablement de votre approche et où la lumière du soleil projettera une ombre sur la jolie toile d’araignée. 

 

C’est là qu’interviennent les objectifs macro, dont la distance focale plus importante permet de s’éloigner un peu.

La profondeur de champ.

 

L’une des grandes difficultés de la macrophotographie est d’obtenir une image nette malgré une profondeur de champ naturellement limitée. Pour éviter qu’un sujet soit flou, il faudra donc choisir une ouverture plus petite, soit d’environ f/18.

 

L’empilement, ou focus stacking en anglais, est une technique souvent utilisée pour maintenir une bonne profondeur de champ. Prenez une photo avec des profondeurs de champ différentes et combinez les éléments les plus nets afin d’obtenir la photo macro parfaite, sans imperfections. En général, les appareils photo peuvent les combiner automatiquement, mais vous pouvez aussi le faire manuellement grâce à Adobe Photoshop

L’exposition et l’éclairage en macrophotographie.

 

Certains des grands enjeux de la macrophotographie sont l’éclairage et l’exposition. Ils sont généralement réduits et limités pour trois raisons :

 

  1. Une ouverture plus petite qui laisse passer moins de lumière. 

  2. Une vitesse d’obturation rapide qui réduit le flou, mais assombrit l’image.

  3. Les appareils photo qui bloquent la lumière naturelle.

 

Pour compenser et augmenter les niveaux de luminosité, choisissez une ouverture plus courte et utilisez des accessoires, comme un flash ou une lampe. Vous pouvez également augmenter la sensibilité ISO (entre 800 et 1600, voire plus) et augmenter la vitesse d’obturation si votre sujet n’est pas en mouvement. 

 

Composition en macro photo : comprendre la règle des tiers.

 

Ceux qui connaissent les bases de la composition photographie adhèrent à cette ligne de conduite sans même y penser : imaginez que votre cadre soit divisé en 9 (3x3). La règle des tiers consiste à placer le sujet dans le tiers droit, gauche, haut ou bas de votre composition plutôt qu’en plein milieu. La photo macro sera visuellement plus agréable et plus percutante avec un résultat généralement plus naturel.

 

« Ce qui rend une macro photo belle, de la même manière que n’importe quelle autre photo, c’est le talent d’un photographe. C’est à lui d’établir le cadre et de faire appel aux différents réglages nécessaires, comme la profondeur de champ, l’anti-flou et la balance des blancs, afin que toute personne puisse identifier au premier coup d’œil le sujet de l’image. »

Photographe et enseignant Ben Long.

Contrôler la mise au point et l’agrandissement.

 

La profondeur de champ est un facteur plus difficile à gérer en macrophotographie parce que le rapport d’agrandissement la rend ultra-précise. Du fait de la grande proximité du sujet et la longueur focale plus longue des objectifs de macrophotographie, la zone dite « nette » est parfois très petite et le moindre mouvement peut donner un cliché flou. Pour limiter ce risque, on peut commencer par réduire l’ouverture (f/8 ou plus petit) afin d’augmenter autant que possible la profondeur de champ, ou au contraire jouer avec un flou doux et avec une profondeur de champ plus ambitieuse. 

Perfectionnez vos photos macros pendant l’édition.

 

Le plus gros travail en macrophotographie est évidemment la prise de vue, mais tout n’est pas perdu une fois celle-ci terminée. Les logiciels de traitement de photographie numérique comme Adobe Lightroom ou Adobe Photoshop permettent de sublimer et de perfectionner vos macro-photos, en utilisant certaines techniques d’art graphique déjà reconnues par les photographes. 

 

L’empilement (focus stacking).

 

Cette technique permet de fusionner plusieurs clichés afin d’étendre la profondeur de champ et de ne conserver que les parties les plus nettes de chaque image. Commencez par créer un flux de travail sur Lightroom et ajoutez-y toutes les prises de vue concernées, puis transférez-les vers Photoshop sous Fichiers > Scripts > Chargement des fichiers dans une pile afin de pouvoir tirer parti de l’option Aligner automatiquement les images sources. Cliquez ensuite sur Édition > Fusion automatique des calques > Empiler les images. Le tour est joué.

 

Le cadrage.

 

Grâce à l’outil de cadrage disponible sur Lightroom ou Photoshop, il est facile de supprimer un élément indésirable ou une ombre, ou même de se rapprocher encore du sujet, en recadrant simplement le cliché.

 

Les retouches.

 

Modifiez l’exposition et la luminosité sous Photoshop Lightroom (c’est tout l’intérêt de photographie au format Raw), supprimez éventuellement les petits défauts sous Photoshop et augmentez le contraste ou la saturation afin de mettre en valeur certaines couleurs… Les fonctionnalités d’édition photo peuvent vous permettre de sauver un cliché presque parfait en seulement quelques secondes.

 

Besoin d’inspiration ? Rendez-vous sur la bibliothèque Behance pour découvrir d’incroyables clichés perfectionnés avec Lightroom. 

Macrophotographie : foire aux questions.

Qu’est-ce que le mode macro en photo ? 

Le mode macro sur un appareil reflex numérique signifie généralement un mode ISO automatique, un autofocus réglé sur un sujet central ou immobile et une petite ouverture afin de privilégier la profondeur de champ. L’inconvénient, c’est que ce paramétrage tend à limiter la lumière, c’est pourquoi les photographes qui aiment la macrophotographie se dirigent rapidement vers des objectifs macro spécialisés.

Comment se servir d’un objectif macro ?

Une fois choisi votre objectif macro, il convient d’apprendre à s’en servir correctement, notamment en veillant à bien comprendre ses réglages et ses spécifications, comme l’ouverture et la longueur focale dont il est capable, le rapport de rapprochement qu’il offre et la distance qu’il tolère. Envisagez ensuite de le compléter avec les accessoires indispensables, comme un trépied et un flash externe.

Comment photographier une fleur en macro ? 

Sauf un jour de grand vent, la fleur est un sujet relativement statique. Vous pouvez donc essayer une ouverture entre f/2.8 et f/5 afin de flouter un peu l’arrière-plan. Si possible, prenez votre photo le matin, quand vous pourrez voir les gouttes de rosée sur ses feuilles et pétales. Utilisez de préférence un trépied et un déclencheur à distance afin de limiter le risque de flou, et faites manuellement la mise au point. Enfin, prenez plusieurs clichés afin d’avoir recours à l’empilement si besoin. 

Nos contributeurs

 

Cet article vous est offert par des professionnels de la macrophotographie :

 

  • Ben Long est un photographe californien primé qui travaille pour plusieurs revues et réseaux internationaux comme 20th Century Fox ou le Global Business Network.

  • Khara Plicanic, photographe et enseignante, publie un blog de photographie riche en conseils à l’attention des photographes en herbe.

  • Stephen Klise est un photographe portraitiste qui travaille pour plusieurs enseignes de mode dans la région de Seattle. Son talent consiste à mettre en valeur le naturel et le quotidien.

  • Carli Davidson dédie son talent de photographe aux animaux domestiques et à leurs maîtres. La macrophotographie est l’une des techniques qu’elle emploie le plus souvent.

  • Jeff Carlson est photographe et auteur photographique. Il a publié de nombreux ouvrages sur les techniques et outils à la disposition des photographes d’aujourd’hui et de demain.

Ces contenus pourraient également vous intéresser…

Préparation du café dans un bar – conseils pour une faible profondeur de champ | Adobe

Comprendre la profondeur de champ
Découvrez comment ajouter de la dimension aux photographies grâce à une faible profondeur de champ.

Image alléchante d'un sandwich à l'avocat et au fromage frais

Conseils pour la photographie culinaire.

Explorez le monde de la photographie culinaire avec les conseils de professionnels du secteur.

Puissante image de gnous se précipitant en masse dans une rivière

Prendre des photos de nature en tout genre

Explorez les possibilités offertes par la photographie de nature, des animaux en mouvement aux paysages à perte de vue.

Photographie de paysage

Composer une superbe photo de paysage
Explorez les techniques de création artistique de vues panoramiques avec des conseils sur la photographie de paysage.

Améliorez vos macrophotographies avec Photoshop Lightroom.

Formule Lightroom (1 To)
Accédez à Lightroom sur ordinateur et appareils mobiles et à d’autres services Creative Cloud pour seulement .

11,99 €/mois

Formule Lightroom (1 To)
Accédez à Lightroom sur ordinateur et appareils mobiles et à d’autres services Creative Cloud pour seulement .

11,99 €/mois

 Creative Cloud pour la photo (20 Go)
Accédez à Lightroom (sur ordinateur et appareils mobiles), Lightroom Classic et Photoshop (sur ordinateur et iPad).

11,99 €/mois

Creative Cloud pour la photo (20 Go)
Accédez à Lightroom (sur ordinateur et appareils mobiles), Lightroom Classic et Photoshop (sur ordinateur et iPad).

11,99 €/mois

Étudiants et enseignants
Bénéficiez de -65 % sur la vingtaine d’applications Creative Cloud, dont Lightroom.

19,50 €/mois

Formule Entreprise
Bénéficiez de Lightroom et de toutes les 
applications Creative Cloud ainsi que de fonctionnalités professionnelles exclusives.

67,01 €/mois

Formule Entreprise

Bénéficiez de Lightroom et de toutes les 
applications Creative Cloud ainsi que de fonctionnalités professionnelles exclusives.

67,01 €/mois